AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Vipus & McCold

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sancha McCold
Eleve De Serpentard
avatar

Féminin Nombre de messages : 562
Age : 30
Date d'inscription : 14/05/2007

PERSONNAGE
Âge/Année: 7 ème année
Poste ou Métier: Capitaine de l'équipe de Quidditch / Batteuse.
Situation familiale: Célibataire
MessageSujet: Vipus & McCold   Dim 28 Mar - 15:22

Vipus & McCold





    « - Attend, on peut se poser ici ! J'ai trop mal aux jambes pour continuer...
    - Roh t'abuses, c'est pas si loin non ?

    Sancha la toisa du regard et sa jeune amie Élisabeth lui tira un sourire d'excuse, les mains sur les genoux , la respiration haletante. Cela faisait une demi-heure que les deux jeunes sorcières marchaient en pente montante afin de rejoindre le lieu où la célèbre Cabane Hurlante tenait place. N'ayant pas pris volontairement la route officielle, Sancha avait suggéré de suivre un petit raccourci de son cru parmi une végétation dense, digne de la « Petite Maison de la Prairie ». Un raccourci que la belle serpentarde utilisait souvent pour se rendre plus ou moins discrètement à la Cabane. Rares étaient ceux qui connaissait la route, et encore plus rare étaient ceux qui la prenaient, à cause de ces reliefs aiguës .

    - Je te pensais pas si fragile ma fille ! S'esclaffa cette dernière.
    - Oh mais tu as vu l'heure ?! Faut que je rentre Sancha ! Je vais me faire tuer !
    - Tu plaisantes ? Si tu te fais pas tuer, je m'en chargerai crois moi.
    - Désolé, cette vieille chouette de McGonagall va péter un câble si je rend pas mon parchemin ! On se voit ce soir à la salle commune hein ?

    Sancha ne répondit pas, se contentant de lui lançait un regard sombre, plus explicite que des paroles désagréables. Élisabeth le comprit très bien car c'est avec un nouveau sourire d'excuse, qu'elle s'esquiva et dégringola la pente avec prudence mais rapidité.
    Quand à Sancha, elle poussa un soupir fort déçu et se laisser s'assoir sur un rocher, le menton posé sur les genoux. La jeune fille était en son fort intérieur, prise au dépourvu entre deux solutions : de Un rejoindre la populace de Préolard, ce qui signifiait se retaper une demi-heure de marche toute seule , avec un soleil de juin , anormale en mois de mars. De deux, continuer le plan initial, ce qui signifiait aller à la Cabane hurlante, une nouvelle fois en solo. Les deux solutions n'étaient guère alléchantes , mais la deuxième plus séduisante surement. Basculant la tête en arrière, la jeune fille laissa son visage de bonne grâce entre les mains du soleil et durant une minute, seul le bruit de la nature environnante faisait office de son. Tout compte fait, être seul n'était pas si désagréable.

    Sancha mis moins de temps que prévu pour arriver à destination. Cela peut-être du qu'Élisabeth le boulet, était partie. La cabane hurlante était comme d'habitude, la jeune sorcière y allait tellement souvent que l'aspect effrayant et abandonné de l'habitacle lui était trop familier pour lui procurait des frissons. Dans un grincement discret, Sancha pénétra dans la demeure, soulevant quelques nuages de poussières au passage.

    - Y 'a quelqu'un ? Demanda la voix assurée de la belle.

    Enjambant une chaise en piteuse état, Sancha grimpa quelques marches, jusqu'à qu'un bruit suspect lui parvint. Stoppant son élan, elle s'immobilisa et tendit l'oreille: le son se renouvela , plus distant cette fois, provenant d'une salle qui aurait du être un salon autrefois :

    - Hé ho ?

    Résignée à aller voir qu'elle était la personne à l'ouïe pas très développée, Sancha rebroussa chemin et se pointa à l'encadrement de la porte, la main sur les hanches, l'air dédaigneux :

    - Professeur Vipus ? S'exclama t-elle, perdant au passage tout air supérieur devant lui.

    Il était impossible de ne pas le reconnaitre. Ayant fait encore deux fois plus de ravage à son entrée que le professeur Gilderoy Lockhart , Méliès Vipus était le nouveau prof' de métamorphose. Et il était plus que beau et très jeune. Assez pour avoir surement eu plusieurs tentatives audacieuses de dernières années.

    - Que faites-vous ici ? Demanda tout de même Sancha, l'air suspecte, bien que la présence de Méliès ne laissait pas Sancha de glace.
Revenir en haut Aller en bas
Méliès Vipus
New Member
avatar

Masculin Nombre de messages : 22
Age : 24
Date d'inscription : 13/03/2010

PERSONNAGE
Âge/Année: 25 ans
Poste ou Métier: Professeur de Métamorphose
Situation familiale: Célibataire
MessageSujet: Re: Vipus & McCold   Dim 28 Mar - 16:09


    J'ignorai pourquoi mes yeux me piquaient si violemment de si bon matin. Je dégainai à peine ouvrir un oeil, un soleil brûlant mordant la peau de ma joue. J'avais beau remué la tête, sur une texture peu familière, je n'arrivais pas à ôter cette éclaircie de mon visage. Je pris alors la lourde décision de me lever d'un bond, quittant le siège poussiéreux sur lequel je m'étais endormi quelques heures plutôt. Le regard flou, j'avais beau scruter la pièce je ne trouvais aucune réponse. La bouche pâteuse, la baguette posée sur la cheminée sale et usée, mon corps semblait rouillé.

    Mes yeux se posaient sur diverses bouteilles et je compris qu'au final ma soirée avait été bien arrosé dans un des bar du village situé à côté de Poudlard. Je passais ma langue sur la commissure de mes lèvres, essayant de marcher droit pour arriver jusqu'à la fenêtre. Au vu du soleil, il était environs 16h, peut-être plus, ou moins, et à vrai dire, je m'en fichais pas mal. Je me demandais juste pourquoi j'étais dans la Cabane Hurlante.

    Je pris entre deux doigts ma baguette noire et la posai sur mon front, où quelques mèches de cheveux retombaient mollement dessus. Je fermai les yeux, essayai de me souvenir de la formule en articulant des brides de mots incompréhensible et au final je laissai mon esprit faire. Le sort enveloppa mon visage, les yeux clos je soupirai, laissant les souvenirs passés refaire surface.

    J'étais là, dans le bar des Trois Balais avec l'un des élèves de Gryffondor. Le match de Quiddich venait d'être gagné par la maison de Rouge et d'Or et tout le monde fêtait ça, du moins, ceux qui avaient l'autorisation de sortir le soir. Après quelques verres, je finis par prendre un pack de bières au beurre et glissai subtilement un wisky pur feu dans ma cape. une 7ème année me suivit en rigolant un peu trop bruyamment. Alors j'avais passé la soirée avec Elle ? La nuit même ?

    Peut-être que l'alcool m'avait assommé et j'espérai n'avoir rien fait. En tant que Professeur, je devais me tenir à carreau mais pour le coup, elle était pas mal. Je revis la soirée passée, la nuit dans le creux de ses bras, la passion partagée, le désir, mais surtout l'ivresse qui m'a rendu un peu... bruyant pour le coup. De nature prudent, j'étais plutôt motivé hier soir. Un sourire aux lèvres en revoyant cela, je finis par me laisser retomber sur le siège poussiéreux.

    Je m'apprêtai à quitter la maison mais une voix me fit arquer un sourcil. Je mis un certain temps à remettre un nom sur ce charme ton familier et je finis par soupirer le nom de Sancha. Cette petite Serpentarde qui avait une jolie réputation d'après les dires de Samuel. Elle portait des sous-vêtements à la couleur de sa maison, encore une fois d'après les rumeurs de certains, et l'idée m'était venue plus d'une fois d'aller vérifier, mais pour le coup, je n'avais jamais osé.

    Je ne souhaitais pas répondre, je préférai partir à l'anglaise. Me relevant doucement, je pris soin d'avancer prudemment jusqu'à ce que je découvre un parchemin froissé entre une chaise brisée et une table renversée. Je me penchai doucement, faisant craquer le paquet en me mordant la lèvre. Si jamais elle me voyait, je devrais calmer mes pulsions. Je pris le parchemin entre mes doigts mais trop tard, j'entendais déjà la voix mélodieuse de la petite peste de Serpentarde.

    « Miss McCold ! Je me relevai, ma main droite au niveau de mon visage, les doigts écartés, la saluant gentiment. Mes activités nocturnes ne vous concernent en rien ! »

    J'affichai un sourire moqueur, en jettant un coup d'oeil au parchemin. Étaient inscris sur le papier, quatre petits mots d'une rare élégance. Merci mon Tendre Méliès. Argh, il faudrait que je pense à ne pas revoir cette 7ème année.

    « La Cabane Hurlante n'est pas interdite aux élèves de Poudlard sans l'autorisation requise pour pénétrer aux alentours de la Forêt Interdite ? Je vais devoir vous retirer des points ! »


Revenir en haut Aller en bas
Sancha McCold
Eleve De Serpentard
avatar

Féminin Nombre de messages : 562
Age : 30
Date d'inscription : 14/05/2007

PERSONNAGE
Âge/Année: 7 ème année
Poste ou Métier: Capitaine de l'équipe de Quidditch / Batteuse.
Situation familiale: Célibataire
MessageSujet: Re: Vipus & McCold   Lun 29 Mar - 14:41

    « - Miss McCold ! Mes activités nocturnes ne vous concernent en rien !...La Cabane Hurlante n'est pas interdite aux élèves de Poudlard sans l'autorisation requise pour pénétrer aux alentours de la Forêt Interdite ? Je vais devoir vous retirer des points !

    Devant cette soudaine menace, l'air dédaigneux de Sancha revint au galop et c'est en croisant les bras, qu'elle fusilla le professeur du regard. Voilà que maintenant elle allait s'attirer dans ennuies tout simplement pour avoir pénétrer dans une cabane abandonnée, dénuée de toute vie et danger. D'ailleurs, la jeune fille de dernière année ne comprenait pas pourquoi l'endroit était interdis aux élèves. Franchement pathétique..., pensa t-elle avec méprise.
    S'apprêtant à répondre poliment afin de dissuader le professeur de mettre sa menace en exécution, bien que sa langue brulait l'envie de lui lancer une réplique cinglante digne de son crue, ce dernier n'échappa pas au regard si observateur et implacable de Sancha. La mine défraichie, le regard légèrement vitreux et ses vêtements froissés criaient haut et fort que notre très jeune professeur avait passé la nuit ici. Seul ?
    Le regard de la belle balaya la salle du regard d'une lenteur délibérée, s'arrêtant quelques seconde sur le pack de bière au beurre vide et un peu plus loin la bouteille de whisky pur feu tout aussi vide.

    Un sourire narquois fendit le beau visage de Sancha. Alors ainsi Méliès Vipus avait eu une soirée plutôt arrosée ? Une information très intéressante. Surtout entre les mains pas si innocente de Sancha.

    - Allons professeur Vipus, inutile de s'alarmer pour ça...répondit-elle en s'approchant , arborant un comportement détaché.


    Sautant sur un vieux fauteuil, elle s'y vautra avec aisance, enlevant sa cape face à cette chaleur étouffante qu'enfermait la cabane. Ne portant qu'un simple et court chemisier, la douceur de l'air lui parut redevenir agréable. Puis elle posa son menton sur le poing de sa main droite, son regard émeraude pétillant d'une malice fourbe fixé sur celui de son interlocuteur.
    Sancha avait du mal à considérer Méliès comme un professeur chaque fois qu'elle croisait le visage jeunot de ce dernier. Il aurait fait volontiers dernier année ayant redoublé une ou deux classe qu'enseignant à poste fixe. Et c'est aussi pour cette raison que Sancha se permettait d'être peut-être plus familière envers le jeune homme. Bien qu'habituellement, elle ne se gênait pas quand l'occasion se présentait.

    - Vous m'avez l'air fatigué, vous allez bien tout de même ? Demanda t-elle d'une voix faussement inquiète, Rah je sais, l'endroit n'est pas idéal pour dormir pas vrai ? Bon bon, vous avez raison, vos activités nocturnes ne me concernent pas... Sauf si vous étiez avec une élève de dernière année... Mais c'est surement pas le cas n'est-ce pas professeur ?

    Ayant prononcé le dernier mot avec un décontraction un peu trop jouée, elle n'avait cependant aucune preuve pour avancer ces paroles graves , pourtant amusantes sous le doux soprano de sa voix. Sourire amusé au coin des lèvres, Sancha ne se basait que sur des rumeurs futiles, discrètes, rien de bien concret ou fondé. Mais c'était tellement marrant de voir réagir le concerné en évoquant cette possibilité, qu'elle ne put s'en empêcher.
Revenir en haut Aller en bas
Méliès Vipus
New Member
avatar

Masculin Nombre de messages : 22
Age : 24
Date d'inscription : 13/03/2010

PERSONNAGE
Âge/Année: 25 ans
Poste ou Métier: Professeur de Métamorphose
Situation familiale: Célibataire
MessageSujet: Re: Vipus & McCold   Lun 29 Mar - 17:12


    Je m'apprêtai à répondre, ma langue claquant contre mon palais. Mais je reconsidérai ma position et surtout mes yeux s'étaient posés sur le chemisier de la jeune femme. L'esprit ailleurs une courte seconde, j'affichai un sourire amusé en relevant le regard vers Sancha. Mes dents vinrent mordre ma lèvre et je commençai à effectuer les cents pas dans la petite pièce. Elle, toujours posée sur le siège, affichée un air victorieux.

    Les doigts posés sur mes lèvres, je faisais de petites moues amusées, cherchant un élément de réponse. Puis je finis par me poser devant la jeune femme, les mains dans le dos en ricanant légèrement.


    « Vous pensez, Miss McCold, que j'entretiens des relations avec mes élèves ? Je ne pensais pas que vous alliez... révéler vos fantasmes si rapidement ! »


    Je levai mon doigt comme pour l'empêcher de réponse. Dans les plis de ma veste, on pouvait distinguer le bout de parchemin. Je l'attrapai entre mes deux doigts. Toujours avec ce sourire amusé, je recommençai les cents pas. Puis en levant ma baguette vers le papier plié je repris mon petit discours improvisé.


    « Sur quels arguments fondez-vous votre théorie Miss McCold ? Vous voyez quoi autour de vous ? »


    Je montrai les bouteilles, le siège légèrement enfoncé, une table mise droite dans un coin, comme pour servir de support pour une quelconque intimité entre deux personnes. A cette idée, je souris. Puis d'un coup de baguette, les bouteilles se transformèrent en poussières et le Parchemin en petit papillon qui s'envola depuis une fenêtre brisée.

    « Vous n'avez aucune preuve. »


    Un sourire narquois sur les lèvres, je m'approchai de la jeune femme. Ma capacité de Métamorphomage me permit d'effacer les traits fatigués de mon visage, me redonnant une seconde jeunesse. Je tirai la langue sur le côté en ricanant et avec un air moqueur, je murmurai.


    « Vous avez tenté le chantage avec moi n'est-ce pas Miss McCold ? C'est... susceptible d'être un facteur décisif pour vous ôter quelques points en plus. »


    Je rangeai ma baguette dans ma veste et me mordis l'ongle du pouce en fixant l'élève de septième année devant moi. J'étais concentré sur le fond de ses yeux, et on pouvait lire dans les miens une étrange malice, comme si cette petite joute verbale m'avait plu.


    « Voyez Miss McCold, c'est inutile de nous tirer dans les pattes. Depuis mon entrée à Poudlard j'ai retiré.. Six points à un Gryffondor, et encore, il l'avait bien mérité. Je ne vais pas commencer avec vous... »


    Je me mordis la lèvre une seconde fois en posant mes coudes sur le dossier d'un siège poussiéreux. Je repris ma phrase en fixant le chemisier de la jeune femme puis ses yeux.


    « … à par si vous refusez de.... révéler les rumeurs qui courent à mon sujet. »


Revenir en haut Aller en bas
Sancha McCold
Eleve De Serpentard
avatar

Féminin Nombre de messages : 562
Age : 30
Date d'inscription : 14/05/2007

PERSONNAGE
Âge/Année: 7 ème année
Poste ou Métier: Capitaine de l'équipe de Quidditch / Batteuse.
Situation familiale: Célibataire
MessageSujet: Re: Vipus & McCold   Mar 30 Mar - 14:48

    Durant son long discours, ou petit monologue, et devant les modifications physique, et matérielles que procédait Méliès, Sancha ne broncha pas, le regardant fixement. Il faisait les cent pas, portant son pouce à ses lèvres, s'arrêtant , puis reprenant de plus belle. Frustrant. Se laissant retomber en arrière, la jeune fille le contempla avec un regard agacé jusqu'à que le silence s'en suivit. Il lui avait bien démontré que sa théorie sans fondement, avait justement lieu d'être. Et cela n'étonna pas le moins du monde la 7 ème année. Et le fait qu'il ne cessait d'ajuster sa vision entre ses yeux et son chemisier en disait long .

    Le silence régnant pendant près d'une minute.
    Que voulait-elle faire à présent ? Le regard que lui lançait Méliès était celui d'un coureur de jupon d'une vingtaine d'année, séduisant et plus qu'attirant. Et non celui d'un professeur respectable, qui avait saisit les relations strictement professionnelle qu'existait entre un élève et un enseignant. Mais d'un autre côté, tout était différent ; Sancha avait 18 ans ( ayant redoublée sa cinquième année ), ce qui aux yeux des sorciers , signifiait qu'elle était largement majeur.

    Secouant la tête, Sancha envola ses propres persuasions. Elle faisait ce qu'elle voulait quand bon lui semblait. Telle était sa devise. Sancha nota aussi le comportement narquois et fourbe de son interlocuteur. Il n'y avait pas de doute, il était manipulateur, cela se lisait sur chacun de ses traits, et bien sur son aspect délicat et sculptural devenait une arme redoutable.
    Mais il n'était pas le seul à exceller dans cette matière.
    Empoussiérant sa jupe verte de son uniforme officielle , elle se leva lentement, un sourire amusé figée sur ses lèvres :

    « - Vous avez raison, j'ai eu tort, déclara t-elle en prenant bien soin de déboutonner les premiers boutons de sa chemise . Je n'aurai jamais du menacer un professeur aussi respectable que vous n'est-ce pas ? Demanda t-elle, l'ironie ponctuant chacun de ses mots.

    Ramassant ses longs cheveux lisse d'un noir ébène , elle les attacha en une queue haute, les laissant tomber en cascade derrière son dos, dévoilant ainsi sa nuque fraiche, faite de peau mâte, si raffinée au grain si lisse.

    - Ce qu'il fait chaud !
    lâcha t-elle, changeant par la même occasion de sujet.

    Sancha remonta les manches de sa chemise et passa tout près de Méliès, frôlant au passage ce dernier. Délibérément ? Peut-être. Elle s'arrêta face à une fenêtre, sans volet, ni vitre. Un trou rectangulaire dans un mur ancien, où se dégageait un odeur âcre dû à la poussière ambiante. Tournant le dos au professeur, Sancha se penchant légèrement en avant, s'accoudant au rebord de l'ouverture. L'air frais s'y engouffra soudainement, caressant le visage lisse de la jeune fille. A la suite de quoi une odeur de champs, de prairie chaude vint chatouiller les narines de la dernière année . L'été était proche.

    - Vraiment meilleur ici s'esclaffa t-elle en se retournant vers Méliès, un lueur amusée dans le regard.

    Elle avait envie de le provoquer. Car Sancha n'était pas du genre à se rendre docilement, sans avoir donné sa petite touche. Ainsi donc elle se rapprocha , près, et se planta là devant lui, les bras croisés, la tête légèrement penchée sur le côté, savourant ce moment, comme une gamine jouant un jeu dangereux et dont le danger n'est pas bien loin. L'intensité du regard de Méliès depuis que ce dernier avait cessé de parler , avait laissé Sancha intriguée. Impossible de tout déchiffrer en même temps. Pourtant, elle qui détenait une facilité déconcertante pour saisir les gens.
Revenir en haut Aller en bas
Méliès Vipus
New Member
avatar

Masculin Nombre de messages : 22
Age : 24
Date d'inscription : 13/03/2010

PERSONNAGE
Âge/Année: 25 ans
Poste ou Métier: Professeur de Métamorphose
Situation familiale: Célibataire
MessageSujet: Re: Vipus & McCold   Mar 30 Mar - 16:07


    Mes yeux fixaient ceux de la jeune femme qui brillait d'une nouvelle fourberie. Ma langue claquait une nouvelle fois sur mon palais, mon visage se penchant sur le côté lentement. Comme pour la narguer d'avantage, une longue mèche apparut sur la moitié de mon visage, masquant une partie de mon regard. Je mordis ma lèvre délicatement, la laissant faire sans ajouter un mot. Mon regard se déplaçait successivement vers ceux de la jeune femme, ses lèvres alléchantes et son chemisier léger. C'est vrai qu'il faisait chaud, et je notai l'attitude de la septième année, provocante à souhait.

    Je croisai mes jambes légèrement, la tête légèrement inclinée, je faisais jouer ma langue sur le coin de mes lèvres, que cherchait-elle à faire ? Je finis par ricaner en la voyant jouer son petit numéro de séduction. Mon regard se posait sur la nuque fraîche de Sancha, tandis qu'elle s'appuyait sur le rebord de la fenêtre brisée. Mon instinct me hurlait de venir passer mes lèvres sur sa peau, mais je me retins, trop amusé par la situation.


    « N'exagérez pas la situation Miss McCold. »


    Ma voix la narguait un peu plus à chaque mot. Je la regardai s'approcher de mon corps, mes yeux descendant le long de sa clavicule qu'elle tendait vers mes lèvres, en penchant le visage. Elle était charmante, je ne pouvais pas le nier, mais pour une fois, je n'allais pas craquer. Mes doigts remontèrent doucement contre mon propre corps, ma main effleurant la peau de Sancha.

    Je caressai sa clavicule doucement, mon regard se posant dans celui de la septième année. Mon corps se rapprochait doucement, peut-être étais-je en train de perdre mon contrôle... Non, mon regard disait le contraire, je ne voulais pas l'embrasser maintenant, je préférai jouer avec elle, comme elle joue avec moi.


    « C'est vrai que vous êtes... chaude Miss McCold. »


    Je soupirai presque mes mots sur sa peau, mon haleine fraîche, envoutante, autant que mon parfum qui se dégageait de ma peau. J'étais à deux doigts de craquer, mais je serrai d'avantage le manche de ma baguette, la relevant au niveau du regard de Sancha. Puis avec un rire moqueur je lui dis.


    « Je peux vous transformer en glaçons si vous le souhaitez, peut-être que ça calmera vos ardeurs ! »


    Le dernier mot ressemblait plus à un reproche qu'à une boutade. Je reculai d'un pas, puis d'un autre et lui tournai le dos pour me diriger vers la porte. Mes doigts sur le cadre en bois, je me retournai vers Sancha et me mordis la lèvre.


    « Je n'aime pas cet endroit, il y fait trop chaud. »


    Puis je me retournai pour monter les marches quatre à quatre. Mon corps me propulsait au sommet du pallier, laissant ma veste sur la rampe de l'escalier. Je pénétrai dans une des chambres de la cabane, mon regard se posait successivement sur le lit poussiéreux, la fenêtre ouverte, la table renversée. D'un coup de baguette je retirai les couches de poussières, posant mes fesses sur le lit. Je finis par m'allonger en fredonnant, fermant les yeux doucement.


    « Vous comptez me suivre et me regarder avec avidité longtemps Miss McCold ? »


Revenir en haut Aller en bas
Sancha McCold
Eleve De Serpentard
avatar

Féminin Nombre de messages : 562
Age : 30
Date d'inscription : 14/05/2007

PERSONNAGE
Âge/Année: 7 ème année
Poste ou Métier: Capitaine de l'équipe de Quidditch / Batteuse.
Situation familiale: Célibataire
MessageSujet: Re: Vipus & McCold   Sam 10 Avr - 15:46

    « Vous comptez me suivre et me regarder avec avidité longtemps Miss McCold ?

    Sancha regarda Méliès disparaitre dans l'encadrement de la porte, bouchée bée. L'arrogance et l'absolue confiance en soi-même, un peu trop profonde, du professeur Vipus laissa Sancha baigner dans une stupeur immobile. Elle l'avait presque eu. Le souvenir encore frais de ces doigts caressant avec élégance sa clavicule, la pression à peine perceptible de son torse contre sa poitrine, son halène fraiche caressant avec douceur son visage. Mais s'il pensait avoir la petite rebelle de Poudlard de cette manière là, le jeu n'était pas terminé.
    Elle n'avait pas dit son dernier mot.

    Dans un virevoltement de jupe, Sancha se transporta dans la pièce où tenait à quelques mètres d'elle, Méliès, allongé avec aise sur le lit. L'ombre d'un sourire au bout des lèvres. Être de nouveau face à lui, lui était encore plus difficile. Résister à cette attraction semblable à un parfum entêtant, qu'émanait presque naturellement le jeune homme n'était pas aisé.
    Les mains sur les hanches, notre jeune héroïne appuya son épaule droit contre l'encadrement de la porte, balayant la chambre du regard. La fenêtre ouverte, la pièce était anormalement propre, laissant ainsi la possibilité que le jeune homme est fait le ménage, planée. Le tout sous une fraiche odeur de bois qui contrairement à l'étage inférieur, était plaisante.

    - Longtemps... Dit Sancha en reprenant le fil de la conversation, cela dépend de ce que vous entendez par le mot "longtemps" , Mélies.

    Ayant utilisée délibérément le prénom de son "professeur", afin d'engager un terrain fait de douces familiarités, ou par pure provocation, le ton de Sancha était mi-dur, mi-amusé, illustrant bien son état d'esprit. Cette façon de se comporter comme si la "victoire" lui était sienne avait le don d'exaspérer la serpentarde. Peut-être parce qu'elle même en doutait.
    Elle s'approcha lentement de son interlocuteur s'arrêtant au pied du lit. Il arborait une mine pleinement satisfaite. Elle leva les yeux au ciel.

    - Vous devriez faire attention, si l'arrogance gagne un peu plus vos traits, je crains pour votre esprit ! lâcha t-elle, acide.

    Elle s'allongea à son tour près de lui, la tête posée sur sa paume, son regard vrillé sur le sien, son index et majeur se promenant nonchalamment sur le torse de son futur amant. L'envie lui criait grâce de l'embrasser , son caractère têtu et borné lui ordonnait de se tenir tranquille.
    Elle se laissa pourtant porter vers lui, sa tête juste au dessus de la sienne, un air presque renfrogné peint sur le visage.

    - Hé bien, vous compter me regarder avec avidité longtemps monsieur Vipus ? cita t-elle , forçant l'exaspération., même s'il elle ne put s'empêcher un rictus amusé.

    Se penchant un peu plus en avant, ses lèvres fraiches, frôlèrent celle de l'enseignant, son haleine douce, aussi attractive que sa silhouette bien dessinée, vint se mêler à la sienne. Elle perdit la première bataille en l'embrassant la première, la tentation trop forte, se mains agrippant le col du jeune homme. Ce baiser dura au moins une longue minute aux saveurs si ardentes, le tout enrobés d'une passion quasi palpable que l'interrompre se releva de l'exploit. Mais perdre la bataille ne veut pas dire perdre la guerre.
    Oui...têtue jusqu'à la fin.
Revenir en haut Aller en bas
Méliès Vipus
New Member
avatar

Masculin Nombre de messages : 22
Age : 24
Date d'inscription : 13/03/2010

PERSONNAGE
Âge/Année: 25 ans
Poste ou Métier: Professeur de Métamorphose
Situation familiale: Célibataire
MessageSujet: Re: Vipus & McCold   Sam 10 Avr - 18:30


    Elle était tout simplement superbe. Je m'étonnai d'ailleurs à résister de ces charmantes courbes qui virevoltaient doucement devant moi. Elle essayait de garder la face malgré mon jeu de provocation, et j'admirai à mon tour son contrôle. Je savais que je faisais une erreur, je savais que ma réputation à Poudlard était mauvaise à cause de mes vices avec les 7èmes années, qui je dois l'avouer n'arrivaient pas si souvent que ça. Mais je ne pouvais pas m'empêcher de scruter le moindre de ces mouvements provocateurs, sa jupe qui se soulevait doucement, laissant apparaître une peau blanchâtre qui ne me donnait qu'une envie, venir l'embrasser. Et pourtant je restai neutre devant ce spectacle.

    C'est comme si je n'arrivai plus à être insoucieux depuis mon entrée à Poudlard. Il y a six mois, j'aurais fondu telle une flèche acérée sur ma proie, mais là, une voix me murmurait de rester neutre, voire de partir. Je ne pouvais occulter cette voix prenante, qui martelait ma conscience à grand coup d'arguments. Et ta réputation, ton métier, ses parents, les rumeurs. Tant de choses qui me faisaient tourner la tête. J'éprouverai de la peur ? Cette idée me fit froid dans le dos. Peut-être que je ne pouvais tout simplement plus être insoucieux à cause de mon âge, je me faisais vieux, les cheveux blancs, la calvitie, les rides... Tout ceci me paraissait surréaliste à cause de mes dons de Métamorphomage, mais je devais bien me rendre compte de la réalité :
    je ne pouvais pas demeurer un éternel gamin.

    Lorsqu'elle utilisa son prénom, ce fut comme la goutte d'eau qui fait déborder le vase. J'avais voulu m'éclipser, là, maintenant, dans le vain espoir de ne succomber à ses tentations. Mais le regard qu'elle me lançait, sa façon d'être, son petit jeu, tout me faisait littéralement craquer. Peut-être pourrais-je accepter un dernier écart ? Juste une fois ? Et si c'était la fois de trop ? Et si involontairement en acceptant les avances de cette Serpentarde je m'attachais à elle ? Le choix était dur, mais malgré toutes mes réflexions intérieures, j'abordai un air heureux, satisfait, comme pour narguer la jeune femme un peu plus.

    Je croisai mes jambes sur le lit doucement, baillai un court instant et détournai le regard lorsqu'elle mecracha au visage une remarque sur mon arrogance. J'avais souhaité répliquer, lui dire ma façon de penser, la changer en crapaud juste pour l'exemple ! Mais je me contentai de sourire une nouvelle fois, passant ma main sur mon visage qui changeait doucement d'expression. Lentement, mes cheveux longs devinrent un peu plus court, dégageant mon cou et ma nuque, révélant une peau ambrée. Mes yeux devinrent plus vert, tels deux émeraudes, et mes lèvres parfaitement lisses, douces au toucher.

    Lorsqu'elle s'allongea à son tour sur le lit, je pouvais ressentir son parfum léger, envoûtant. C'en était trop, la petite voix s'était tue pour l'instant. Je n'avais plus aucune volonté de dire non, du moins, aucune volonté pour dire non vraiment. Je tournai doucement le visage vers la jeune femme, ma langue claquant sur mon palais avant de venir lécher mes lèvres avec avidité, comme pour accentuer ses paroles.

    Puis ce fut comme une libération pour moi. Je sentais ses mains doucement s'agripper à mon col. Et ses lèvres... ses lèvres vinrent capturer les miennes pour un baiser des plus passionnés qu'il me fut permis de donner. Je fermai doucement les yeux, une main se posant sur la joue de la jeune femme, l'autre sur celles agrippées à mon col. Je profitai du baiser et de ma « soumission » pour doucement me relever, l'allongeant à son tour sur le lit frais et propre.

    Lorsque mes yeux se rouvrirent, le baiser cessa. Je la fixai une longue seconde, mes doigts effleurant la peau douce de la jeune femme. Je pouvais deviner son envie, ses yeux étaient tel un miroir, reflétant mon propre désir. Je cherchai mes mots, mes lèvres effleurant successivement celles de Sancha, puis sa mâchoire.


    « Miss McCold... Ce n'est ni Méliès... Ni monsieur Vipus... Pour vous c'est Professeur. »
    Ma voix était dure.

    Je me relevai lentement, laissant la jeune femme allongée sur le lit. Profitant de ce moment d'inattention de sa part, et d'un coup de baguette, je la ligotai sur le lit. Une faible lueur de nonchalance dans les yeux, j'abordai un sourire victorieux.


    « Je compte vous regarder avec avidité longtemps, Miss McCold. »


    Mon pouce gagna mes lèvres entrouvertes et je commençai à le mordiller doucement, savourant ma victoire. C'était... à la limite du jouissif. Il avait fallu quoi ? Une petite mise en scène en bas, quelques paroles bien placées, et un unique baiser. C'était de l'art murmurai-je, de l'art. Mais bien décidé à profiter de la position de faiblesse de la jeune femme, je m'approchai doucement, tel un félin. Sans un mot, je prenais appui sur le lit, mes mains courant le long des cuisses de Sancha.


    « J'aimerai être sérieux un court instant Sancha. Je suis en temps normal ton Professeur de Métamorphose.
    Je murmurai d'une voix sérieux et lente, comme pour lui faire bien comprendre. Si jamais... nous en arrivions à avoir une relation... plus intime... Sache que... je t'apprécie pour tes qualités, physiques et mentales. »

    Je ne sais pas pourquoi j'avais précisé cela. C'était comme si j'avais besoin de lui montrer que ce n'était pas que pour son fessier ou son déhanché que je m'apprêtai à l'embrasser, mais pour le petit plus qu'elle seule possédait. Mes doigts vinrent doucement défaire les liens de la jeune femme tandis que mon visage se rapprochait dangereusement.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vipus & McCold   

Revenir en haut Aller en bas
 
Vipus & McCold
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard Magie :: HORS RPG :: 
    « Archives
 :: 2006 -> Mai 2013
-
Sauter vers: