AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Drug Is My Lover [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Benjamin L. S. Barker
Directeur D'Azkaban
avatar

Masculin Nombre de messages : 282
Age : 36
Date d'inscription : 22/09/2007

PERSONNAGE
Âge/Année: 27 ans
Poste ou Métier: Directeur d'Azkaban
Situation familiale: En couple (non marié)
MessageSujet: Drug Is My Lover [PV]   Dim 29 Juin - 17:56

Une barre, deux barres, trois barres, et après on oublie de compter. Le regard flou et perdu, aucuns sentiments lisibles sur ses sombres prunelles brillantes, la bouche entrouverte, l’esprit divaguant, les pensées absentes, le jeune homme flanchait, lentement. Plongeant dans un monde à l’écart de celui qui l’entoure, oubliant chaque détail de la pièce dans laquelle il se trouvait, négligeant ses émotions et sa douleur. Bientôt, la cigarette qu’il tenait du bout des doigts s’écrasa sur le sol boisé en un bruit sourd, rependant ses cendres fumantes autour d’elle. Le souffle irrégulier et mêlé à une blanche fumée, Landon ne bougeait plus, comme mort. Un sourire discret releva un coin de ses lèvres alors que ses paupières se refermaient doucement. Finement, le jeune garçon se laissa emporter par les nuages de sommeil et de rêves l’entourant depuis de nombreuses heures. Il se laissa guider, vulnérable, sans la moindre petite défense, livré à ses cauchemar et ses fantaisies. Rares étaient les fois où le blond consommait de la drogue, il était loin d’en être dépendant. Mais en vérité, lorsqu’un soir sa tentation ranimait ses pensées, le jeune directeur n’y résistait pas. Il fondait. Tel qu’un enfant l’aurait fait devant une sucrerie, Benjamin appréciait y goûter, lentement, savourant chaque particule qu’il inhalait, désirant chacun de ses effets sur lui. Non pas qu’il était accro à la poudre, mais il fallait avouer que lorsqu’il en consommait, le jeune homme aimait profiter de l’instant. Les heures se faisaient longues et douces. Legé, flottant, planant, les réactions étaient spectaculaires et tellement voulues. Mais ô combien couteuses. Je vous laisse imaginer.


Le temps passe, et il se décide enfin à ouvrir un œil. Prunelle charbonneuse se reflétant dans la noire pénombre. Allongé sur son lit, le blond et brun souffla. Une main venant frotter ses yeux encore endormi, et il se redressa, vacillant. Difficile réveil d’un soir, le ténébreux androgyne enfila bien vite slim noir, chemise encre et Converses avant de quitter, non sans quelques chutes, la chambre, sa cape de sorcier sous la main. Le vent froid de la soirée vint bientôt frapper sans pitié sa pâle peau, le faisant ainsi haleter dans sa rude marche. Autour de lui, les lampadaires dansaient, les trottoirs ondulaient, et les étoiles tombaient. Un sourire, un rire presque fou, et il reprit son chemin, s’appuyant contre le mur de brique qui suivait sa route. Sa destination ? Le bar, le plus proche, peu importe lequel. Et sans même se rendre compte qu’il transplanait, Benjamin dû affronter le vent tiède qui soufflait sur Pré Au Lard. Reprenant très lentement ses sens, le meurtrier marcha, encore. Préférant passer inaperçu dans les environs, le blondinet plaça son capuchon sur sa tête, masquant ainsi son visage dans l’ombre du soir. Vacillant toujours, il longea les rues douces et silencieuses jusqu’à franchir la porte des Trois Balais.


Vide de monde, l’établissement serait parfait pour évacuer la drogue dans l’alcool. D’une démarche pas très certaine, le garçon alla directement s’asseoir à une table. Quelques coups d’œil aux jeunes gens présents et il plongea son visage dans ses bras croisés sur le meuble boisé. Un barman qui arrive, il commande une bouteille, un verre, et il replonge. Semi conscient, Landon va rester quelques minutes ainsi, ignorant les choses l’entourant, oubliant tout simplement de vivre. Et, c’est seulement lorsqu’une ombre vint le couvrir qu’il daigna lâcher quelques paroles.


« Merde, elle vient cette commande ?! »


Coup d’œil à la silhouette face à lui, et il comprit bien vite qu’il ne s’agissait pas d’un serveur. Jeune homme châtain foncé, Barker examina quelques instants le nouveau venu, silencieux, les yeux étincelants, l’esprit fou. Un sourire vicieux aux lèvres percées et il parla à voix basse.


« Besoin de quelque chose peut-être ? »
Revenir en haut Aller en bas
Oliver Murder Sykes
Eleve De Gryffondor
avatar

Féminin Nombre de messages : 41
Age : 26
Humeur : Gryffondor u.U"
Date d'inscription : 27/06/2008

PERSONNAGE
Âge/Année: 17 Ans, 7 E Année.
Poste ou Métier:
Situation familiale:
MessageSujet: Re: Drug Is My Lover [PV]   Dim 29 Juin - 18:55

0liver Murder Sykes devait sûrement être un des garçons les plus fatigués de Poudlard. Ayant préféré à ses révisions de l’alcool et des cigarettes, il avait, sur un air d’Head Automatica bu et fumé toute la soirée, toute la nuit. Son réveil fut des plus difficiles. Un mal de crâne impossible, une coiffure complètement improbable, du crayon noir jusque sur sa bouche, une course jusqu’aux toilettes, le bruit humide du vomissement, un « Bleuarg » plaintif, un 0li allongé contre les waters. Le pauvre se tenait les cotes, s’il aurait pu il se serait endormi. Il se déshabilla complètement et chercha du regard les douches. Se souvenait – il a quoi ressemblait une douche, d’ailleurs ?

0li fit couler l’eau et s’aspergea. C’était glacé. Il se savonna comme il pu, lava ses cheveux et enfin, sortit de la douche. Après s’être essuyé, il partit à la recherche d’habits. Un superbe boxer Drop Dead, un tee shirt Darkside, un slim Criminal Damage, et des Slips Ons roses et noires. 0li se sécha les cheveux, mit, comme d’habitude, sa légendaire mèche de coté. Une ceinture Dickies. Griffé de la tête aux pieds, 0li se jeta sur son lit pour récuperer son téléphone portable et son Ipod, puis se plaignit d’être décoiffé. Il retourna user de son peigne et de son fer à lisser.

0li sortit enfin des dortoirs après avoir planqué dans sa poche briquet et paquet de Lucky Strike. Il décampa de Poudlard très vite, direction Pré au Lard. Il avait encore sur lui une bonne poignée de Galion qu’il pourrait dépenser dans plusieurs bouteilles d’alcool. Il savait donc ou il pourrait se rendre. Les Trois Balais. Sur le chemin, plusieurs fois il se fit beaucoup remarquer, notemment en s’étalant sur le sol et en y restant plusieurs secondes sans tenter de se relever. Une fois même une jeune femme l’aida à se remettre debout, 0li s’étant presque endormi sur le sol. A l’heure ou je parle, il ne serait même pas capable d’épeler son propre nom.

Le jeune homme poussa la porte des Trois Balais dans un grand fracas. Il s’alluma une cigarette et commença à la consommer avec la désinvolture d’un enfant de cinq ans. Un homme voulant lui aussi rentrer dans le bar le poussa violemment, envoyant 0li se fracasser contre le comptoir.


« Euh… Une bouteille de Rhum s’iouplait… »

On lui fit signe que la commande arriverait et qu’il devait aller s’asseoir. Ni une ni deux, 0li se dirigea vers une table, se foutant complètement qu’elle soit prise ou non. Apparemment, quelqu’un devait l’occuper puisqu’on lui demanda ou était passé sa commande. Il n’était pas serveur, qu’est ce qu’il pouvait en savoir ?! L’inconnu demanda alors si 0li avait besoin de quelque chose.

« Euh… 0ui… D’une chaise, sûrement… Faut que je m’assois et en plus, j’ai mal aux jambes… »
Revenir en haut Aller en bas
Benjamin L. S. Barker
Directeur D'Azkaban
avatar

Masculin Nombre de messages : 282
Age : 36
Date d'inscription : 22/09/2007

PERSONNAGE
Âge/Année: 27 ans
Poste ou Métier: Directeur d'Azkaban
Situation familiale: En couple (non marié)
MessageSujet: Re: Drug Is My Lover [PV]   Dim 29 Juin - 19:58

Le regard flou, un sourire aux lèvres, l'esprit perdu, Benjamin continuait d'examiner attentivement la mince silhouette face à lui. Une vision troublée par la dose de drogue inhalée, mais qui toutefois révélait un physique particulièrement plaisant. Penchant légèrement la tête sur le côté, Benjamin resta immobile et silencieux, toisant son invité de haut en bas avant de reporter ses deux iris charbonneux sur ceux du jeune homme. La phrase qu'il prononça, le blond ne l'entendit qu'à peine, trop occupé à se demander combien de bulles il y avait dans un verre de jus d'orange. Quelques minutes s'écoulèrent, et le véritable serveur fit enfin son apparition, bouteilles à la main. Une pour Benjamin, l'autre, logiquement, pour son compagnon toujours présent. Reprenant alors seulement conscience de l'instant présent, Barker passa une main pour dégager la mèche noire de cheveux qui lui tombait devant les yeux. Chose faite, il reposa son regard ébène sur l'autre.


« Hum... Okay. Bah prends-là ta chaise, mais laisses moi crever en paix. »


Oh il n'y avait rien là de bien méchant, juste une phrase de "Bonsoir" pour accueillir son camarade qui s'installa à sa table. Landon resta quelques instants pensifs, comme toujours, jouant négligemment avec sa bouteille d'alcool. Pas besoin d'une paire de lunette ou d'un quelconque dessin pour s'apercevoir que les deux jeunes gens étaient dans le même état. Une pensée qui arracha d'ailleurs un rire sourd à l'aîné alors qu'il portait sa boisson à ses lèvres. Une gorgée, deux gorgées, et la moitié de la bouteille qui se vide. Complètement avachi sur son siège, le jeune directeur se décida enfin à ôter la cagoule qui masquait son visage, révélant enfin celui-ci à la lumière orangée du petit bar. Tant pis si quelqu'un le reconnaissait. Après tout, un directeur de prison à bien aussi le droit de venir se bourrer la gueule dans un bar nan ? D'autant plus quand un bel élève de Poudlard vient l'accompagner à vider ses verres.


Et puis, c'est dans un élan de folie que l'adulte quitta son siège pour se redresser - non sans trébucher dans la patte de sa chaise - avant de s'emparer de son alcool d'une main, l'autre venant tirer le jeune adolescent par le col, comme l'incitant à le suivre.


« J'ai pas envie de m'asseoir ici, viens, on va ailleurs »


Le "ailleurs" en question étant l'extérieur de l'établissement. Entraînant son inconnu avec lui, Landon quitta les Trois Balais sous le regard questionneur du gérant. A peine le nez dehors que le directeur s'affala contre le mur le plus proche. Quelle image pour un homme de tel rang. Quiconque le verrait ici, et c'est son emploie qu'il perdrait. Et Rachel, que penserait-elle en voyant son ami ici ? Mieux vaut ne pas y penser, sous peine d'aller rechercher une bonnes dizaine de bouteilles pour oublier. Reportant son attention sur Monsieur Sansnom, Benjamin n'eut pas grand besoin de le forcer à venir s'installer à ses côtés. Il crevait, littéralement. De chaud, de froid, d'envie, de peur, de tout. Essuyant d'un revers de manche la goutte de sueur qui s'échappait de son front, Landon reprit la parole, tête penchée en arrière, yeux clos.


« T'aurais pas un paquet sur toi par hasard ? 'Oublié le mien. »

Revenir en haut Aller en bas
Oliver Murder Sykes
Eleve De Gryffondor
avatar

Féminin Nombre de messages : 41
Age : 26
Humeur : Gryffondor u.U"
Date d'inscription : 27/06/2008

PERSONNAGE
Âge/Année: 17 Ans, 7 E Année.
Poste ou Métier:
Situation familiale:
MessageSujet: Re: Drug Is My Lover [PV]   Dim 29 Juin - 21:43

« Je t’ai juste demandé une chaise, Chéri, pas le monde. Si t’a envie de crever, t’a pas besoin de mon aide. »

0li ne demanda pas son reste, il saisit une chaise, la rapprocha de la table et s’assit bruyamment dessus. Alors que plusieurs bouteilles d’alcool se posaient sur la table de la main d’un serveur sûrement débordé, 0li s’effondra ; Le bras droit replié sur la table, sa tête dessus, et son bras gauche pendant lamentablement sous la table, 0liver Murder Sykes était dans un triste état. Il mit un peu de temps avant d’ouvrir une bouteille pour en boire le contenu, ceci dit après avoir terminé sa petite buvette, il ne put s’empêcher de lâcher un rot plutôt remarquable, God Bless Alcohol s’il vous plait, merci. 0li ne se remettait pas de sa cuvée d’hier soir et n’envisageait même pas l’état dans lequel il serait après celle qu’il allait se prendre ce soir. 0li avait dans ses habitudes de faire beaucoup d’excès, que ce soit sur l’alcool ou le tabac, quelques fois sur la drogue, mais jamais rien de trop dur : Ecstasy lorsque manque de sexe et Stupéfiants lorsqu’envie de planer… Mais trop d’excès tuaient l’excès, 0li était déjà mort. Les toilettes de son dortoir allaient être prises toutes la nuit, et les élèves devront s’attendre à entendre le pauvre 0li vomir ses tripes jusqu’au matin…

0li ne fit même pas attention à son interlocuteur lorsqu’il se leva brusquement de son siège. Non, il ne le remarqua qu’une fois que ce dernier eut empoigné son col. Son magnifique tee shirt Bleeding Star, ce psychopathe allait le ruiner ! Si 0li n’était pas aussi raide, il lui aurait peut être clairement tapé sur la gueule. Vous direz qu’il n’y a pas de raison. Si. Son tee shirt. Mais pourquoi le prenait il ainsi, d’ailleurs ? Qu’avait il fait ? 0li avait peut être eut le malheur de roter à table, et alors ? Etais ce la phrase qu’il avait lâché entre ses dents qui l’avait mis en rogne ? Petite nature, cet homme là. 0li ne se serait même pas énervé. Non, il se serait levé et serait parti. Or, l’inconnu n’avait pas l’air d’avoir les mêmes réactions que lui, il semblait plutôt enclin à la violence, si 0li ne faisait aucun lapsus quand au motif de cette « agression ». Agression est un peu fort. 0li avait bien était capable d’uriner sur un garçon ayant refusé son corps, plutôt maigre mais rendu tellement viril par sa kyrielle de tatouages. Une fleur dans le cou, une toile d’araignée sur le coude, une méduse sur la main… 0li aimait à jouer les mauvais garçons, ceux qui désobéissent à leur mères. Ceux qui se maquillent en secret dans les toilettes du lycée, ceux qui font les pires choses à leur copine dans la voiture de leur père. Ce genre de garçon. La plus mauvaise fréquentation par excellence, que voulez vous, il faut de tout pour faire un monde… Même de BadBoys. Qu’ils soient beaux, laids, petits, grands, forts, gringalets… La rébellion n’était pas un état physionomique mais psychologique avant tout. Rien qu’a voir ce mouvement Emocore, se foutant éperdument de la societé… Certains avaient la gueule de celui qui se fait payer le MacDonalds par ses parents, mais bien souvent il allait le chercher dans une poubelle et se fumait un tarpé en bande en guise de petit déjeuner. Jeunesse, lève toi. My ass.

Entraîné en dehors du bar, 0li se demandait bien ce que pouvait faire cet adulte, dégénéré sans doute, en manque peut être. Allait il le frapper, lui parler ou bien simplement le violer ? Simplement, oui, simplement. 0li n’était pas du genre à refuser tout ce qui portait au sexe. Bien souvent c’était lui qui les provoquait…

De quoi parlait il, celui là ? Un paquet ? Quel paquet ?


« J’ai mon paquet, c’est tout. »

En disant cela, 0li porta une main sur son slim Darkside, a l’emplacement de son intimité et ricana. Si c’était de ce genre de paquet que l’inconnu parlait, oui, c’était clair qu’0li en avait un.
Revenir en haut Aller en bas
Benjamin L. S. Barker
Directeur D'Azkaban
avatar

Masculin Nombre de messages : 282
Age : 36
Date d'inscription : 22/09/2007

PERSONNAGE
Âge/Année: 27 ans
Poste ou Métier: Directeur d'Azkaban
Situation familiale: En couple (non marié)
MessageSujet: Re: Drug Is My Lover [PV]   Dim 29 Juin - 22:53

C'est un nouveau sourire qui éclaira le visage de Barker. Sans même prendre la peine de r'ouvrir les yeux, il amena une nouvelle fois sa bouteille à ses lèvres. Et voilà que notre blondinet terminait sa première consomation. D'un geste vacillant, il envoya la petite bouteille de verre s'écraser contre le mur d'enface, répandant ainsi quelques pailettes coupantes et scintillantes sur le trottoir. Et, ce ne fut qu'à cet instant que Benjamin daigna relever le regard vers le jeune étranger. Sa tête tournait, ses pensées, elles, étaient essentiellement centrées sur deux mots : "Elle", et "Sexe". Deux mots sans véritablement de rapport, mais deux choses qui tourmentaient présentement le fier directeur. Une rapide inspection de la silhouette de son compagnon, et ses deux yeux se posèrent sans la moindre gêne sur l'emplacement de la main du garçon : à savoir son entrejambe.


« Je parlais pas de ce paquet là, mais après tout... je peux m'en contenter s'il n'y a rien d'autre. »


Provocation ou amusement, Benjamin continua d'afficher ce même sourire. Sourire qui traduisait les désirs du garçon puisqu'il reflétait une certaine expression vicieuse. Bien sûre, il n'était pas dans son état normal. C'aurait été le cas et ledit invité serait déjà étalé au sol avec la gorge tranchée pour avoir montré une telle insolence envers l'un des 7. Hors, ce soir, Landon avait décidé de faire un... "presentbreak". Rupture avec le présent. Oublier notre vie pour se consacrer uniquement à ses petits plaisirs. Une idée fort plaisante et qui collait parfaitement bien avec l'image que voulait se donner le directeur. M'enfin soit. Revenons en au présent. Le regard du blond et brun continua de fixer l'intimité durant quelques minutes encore, avant qu'il ne se décide à agir. Une main appuyée contre le muret glacé et Benjamin se redressa en se hissant tant bien que mal. Et, dès lors, tout s'enchaîna bien vite.


Son envie prit le dessus sur le peu de morale qu'il gardait encore. La tentation était bien trop forte, et l'occasion bien trop bonne pour oser la manquer. D'un geste brusque, vif, Benji' attrapa une nouvelle fois l'élève par le col, l'envoyant assez peu doucement contre le mur. Il pourrait hurler, ça n'empêcherait pas l'adulte de prendre son pied à profiter encore une fois d'un jeune homme de Poudlard. Le corps de l'aîné bloquant le sien contre les briques du muret, Landon maintint fermement les deux poignet de l'adolescent. Examinant encore plus intimement les traits de son visage - loins d'être repoussants d'ailleurs -. La bouche entrouverte, le drogué calla son visage entre l'oreille et la gorge du garçon. Laissant avec désir son souffle brûlant courir le long de son cou.


« J'éspère bien que t'as du temps à perdre. Remarques, que ça soit oui ou non, jmen fou. »


Et il s'en foutait royalement. Qu'il soit consentant ou non de toute façon, ça ne changerait rien des projects de l'autre. Mais qui disait qu'il était contre ? Bon okay, il lui répondait comme un lapin répond à un taille crayon - voyez le jeu de mot ici très recherché - mais après tout, qui sait ? C'est lui qui avait débuté les allusions perverses hein. Aucun baisé, juste son piercing qui effleure sa peau sans la toucher, et ses mains qui continuent de maintenir fermement ses poignets. Et puis il finit par desserrer sa prise tenace sur l'un des bras, portant sa main au niveau de la ceinture du jeune homme. Un discret rire, mesquin, et il ne fit que sussurer des paroles à son oreille.


« J'éspère quand même que t'es pas aussi violent que l'autre gamin que j'ai eu. »

Revenir en haut Aller en bas
Oliver Murder Sykes
Eleve De Gryffondor
avatar

Féminin Nombre de messages : 41
Age : 26
Humeur : Gryffondor u.U"
Date d'inscription : 27/06/2008

PERSONNAGE
Âge/Année: 17 Ans, 7 E Année.
Poste ou Métier:
Situation familiale:
MessageSujet: Re: Drug Is My Lover [PV]   Dim 29 Juin - 23:34

« Je ne vois pas pourquoi je serai violent. Je n’ai absolument rien à perdre. »

La position de la main de l’adulte sur le corps d’0li le gênait beaucoup, nonobstant il feignit la désinvolture, c’était le meilleur moyen. Baissant les yeux sur sa ceinture – et la main de l’inconnu, par la même occasion -, 0li laissa l’opportunité au psychopathe de détailler parfaitement la courbe que le crayon noir avait fait sur ses yeux, tandis qu’il renchérissait.

« Tu sais, ma dignité, je ne l’ai plus depuis longtemps… Alors va y, je t’en prie. Fais ce que tu veux. J’en ai rien à foutre. »

0ui. Sa dignité était feue depuis très longtemps. L’alcool. Le tabac. Le sexe. 0li se refusait à repenser à tout ceux en qui il était allé. A leurs sourires satisfaits. Aux cris qu’ils poussaient alors qu’ils atteignaient le septième ciel. Le jeune homme regrettait tellement. A une époque, c’était une véritable petite salope. Qu’il connaisse ou pas le nom de son partenaire, quelle importance ? Un mot ne vaut rien, quand on y pense. Qu’il s’appelle Pierre, Paul ou Jacques, il gardait toujours le même genre de chose entre les jambes, à savoir ce qu’0li convoitait et avec quoi des nuits entières il s’est amusé. Ses amis lui recommandaient le Straight Edge, à savoir « Je ne fume pas, ne me drogue pas, ne boit pas, et ne couche que lorsque j’éprouve un minimum de sentiments ». Se passer de cigarettes, d’accord, d’alcool, à la limite, mais de sexe ! 0li était un homme, après tout, et un homme est obligé de s’accorder quelques petits plaisirs, solitaires ou non. 0li, pendant un bon moment n’était jamais seul lorsqu’il se réveillait. Mais dans ses habitudes on pouvait remarquer qu’il ne laissait jamais très longtemps son partenaire du soir trop longtemps avec lui. C’était « Je rentre, je sors, je rentre, je sors, tu jouis, je jouis, je sors, tu rentre chez toi. ». Trop longtemps…

Murder se demandait bien comment les évènements allaient s’ensuivrent, maintenant. L’inconnu avait tout l’air d’un toxycomane en manque, que ce soit de drogue ou de sexe, qu’il ai besoin de sniffer ou se vider, de toute les façons il y avait bien une raison pour qu’0li se retrouve adossé contre ce mur glacé, une main qui n’était pas la sienne à l’emplacement de son vigoureux et un corps pour le moment inconnu contre lui. Rien ne cela n’était normal, mais dans sa vie existait il une certaine normalité ? Connaissez vous beaucoup d’adolescents qui, nés complètement ratés dans un monde attristés se faisaient taper sur la gueule par leur parents et, le soir, en redemandaient, avec un parfait inconnu, qu’ils ne reverraient sans doute jamais ? Connaissez vous ne serais-ce qu’il adolescent ayant prôné son homosexualité tout au long de sa vie, ne se cachant pourtant pas d’avoir couché avec le sexe opposé dans l’unique espoir de souiller ce corps de la semence qu’il ne pouvait plus supporter en lui ?

Le sourire déformant les traits imparfaits de l’adulte, plus vicieux que le plus vicieux des hommes fit frémir 0liver. Il passa sa langue sur ses lèvres, rencontrant ses deux piercings au labret, puis la mordit. Ce n’était pas de la peur, c’était une certaine gêne, comme une angoisse soudaine. L’inconnu avait les pupilles dilatés, 0li ne put que se dire qu’il était dans un état second, qu’il ne pouvait pas regretter ses actes puisqu’il ne s’en souviendrais sûrement pas demain… Toutefois le jeune Gryffondor en voulait à cet homme, en même temps qu’une excitation malsaine lui parcourait l’échine. Il attendait une suite. Une suite à ce calvaire. Il aimait plutôt ça.





[ Excuse moi, mes posts sont assez courts xD ]
Revenir en haut Aller en bas
Benjamin L. S. Barker
Directeur D'Azkaban
avatar

Masculin Nombre de messages : 282
Age : 36
Date d'inscription : 22/09/2007

PERSONNAGE
Âge/Année: 27 ans
Poste ou Métier: Directeur d'Azkaban
Situation familiale: En couple (non marié)
MessageSujet: Re: Drug Is My Lover [PV]   Lun 30 Juin - 9:00

[ Meuh nan ils sont très biens tes posts =°) xD ]


Quelle ne fut pas sa surprise en voyant que son charmant partenaire ne tenait même pas à se défendre ou à riposter face aux provocations du vicieux homme. Lui, redressa quelque peu le visage afin d’entrevoir les deux billes rondes et brillantes de son camarade. Et c’est un nouveau sourire, bien plus explicite que les précédents, qui étira la courbe que formaient les lèvres du jeune directeur. Et, tout en écoutant les dires de l’élève, Benjamin reprit son petit jeu. Docile petit garçon que le destin à voulu mêler à celui de Barker. Quel triste sort. Ou tout du moins, pour l'un des deux. L'étincelle de folie qui brillait dans les yeux de l'androgyne sembla scintiller davantage aux mots du jeune adolescent. Seul petit désavantage à agir ainsi avec quelqu'un : le quelqu'un en question ne reste, durant tout le long de l'acte, qu'un simple pion. Une vulgaire victime, immobile, se faisant abuser par un homme désireux et ampli de tentions qu'il veut évacuer. Et pas forcément par la meilleure des façons. Benjamin, pendant ce temps, continuait à jouer. Frôlant du bout des lèvres la peau du jeune alcoolique. Sa main, quant à elle, avait bougé. Quittant l'entrejambe de l'élève pour remonter le long de son Tee-Shirt, retraçant les formes de ses hanches. Prisonnier de son emprise, le garçon se laissait docilement prendre - chose qui d'ailleurs ne semblait pas le déranger plus cela quand on ressentait les nombreux frissons qui l'assaillaient -. Et, lentement, ça seconde main fini par relâcher sa prise, libérant ainsi l'autre poignet du sorcier. C'est d'ailleurs durant ce dernier moment que Landon daigna enfin débuté la partie.


Des baisés volés au creux de la gorge de l’individu auquel vinrent bientôt s’ajouter une langue brûlante. Dessinant quelques petits cercles humides sur la peau pâle de l’adolescent, en silence, pendant que ses mains continuaient à sublimer les formes dudit garçon. Les lèvres de Landon se lassèrent bien vite de son cou, et, lentement, doucement, il remonta jusqu’à sa joue pour arrivé à frôler les deux anneaux ornant les lippes de son ami. Aucun baisé, seulement des caresses. Et, une nouvelle fois, il traça du bout de sa langue une ligne invisible sur les lèvres tentantes de l’autre. Enfin, il ne se retint plus. Nouvel élan de folie. Une main qui se pose de nouveau sur l’intimité couverte du jeune garçon, et ses lèvres ardentes qui capturent celles de son complice. Caresses, douceur, ardeur, un baisé véritable. Une danse, un ballet : celui que menaient les deux langues des drogués. Chacun cherchant à dominer l’autre comme il le pouvait. Et, Benjamin daigna enfin se reculer, reprenant son souffle. Respiration haletante et poitrine qui se soulève à son rythme effréné. L’ébène croisa le regard de l’autre. Un nouveau sourire malicieux et posa sa seconde main sur la boucle de la ceinture de sa victime. Qu’il apprécie ses actes ou qu’il les déteste, ça n’avait strictement aucune importance pour Barker qui, quelque soit les intentions de l’autre, terminerait le travail commencé.


La ceinture, il l’a fit glisser. Celle-ci s’écrasa au sol dans un léger bruissement de cliquetis. Chose faite, le ténébreux directeur posa le bout de ses lèvres humides contre le lobe de l’oreille de son beau partenaire. Il laissa négligemment son souffle longer la nuque de l’autre alors qu’il ne faisait que murmurer ses paroles.


« Toi aussi il faudra te payer ? A moins que ça ne soit gratuit ?! »


Question à laquelle il n’attendit aucune réponse puisque Benjamin continuait de retracer les formes de l’entrejambe de son bien aimé partenaire du bout des doigts. L’autre de ses mains préférant aller se nicher sous le haut du gamin pour longer sa colonne vertébrale jusqu’à arriver à sa nuque. Certainement que s’il continuait comme ça, le pauvre adolescent ne rentrerait pas au château avant le lendemain matin. Mais il fallait l’avouer : c’était tellement bon de profiter ainsi d’un si beau garçon.


Appuyant un peu plus sur les parties sensibles de Monsieur Sansnom, Landon afficha un air satisfait alors qu’il était désormais occupé à mordiller l’oreille du plus jeune. Sa seconde main quitta la nuque de ce dernier pour aller de nouveau s’occuper d’une propriété un peu plus basse. Et c’est le bouton du slim de l’élève qui fut bien vite ôté. Sans aller plus loin, favorisant l’attente et le plaisir durable, Benjamin entreprit de continuer à explorer le corps de son sublime soumis en décidant lentement son visage. Doucement, sans aller au dessous de la ceinture – quoiqu’à l’heure actuelle, celle-ci se trouvait au sol. -. Caressant de la langue et de ses lèvres percées le bas ventre de l’autre, remontant petit à petit jusqu’à son nombril tout en soulevant le vêtement. Un haut qui d’ailleurs, se retrouva bien vite aux côtés de Madame la ceinture volante.



« Alors dis-moi, quel est le nom que je devrai remercier quand je hurlerai de plaisir ? »
Revenir en haut Aller en bas
Oliver Murder Sykes
Eleve De Gryffondor
avatar

Féminin Nombre de messages : 41
Age : 26
Humeur : Gryffondor u.U"
Date d'inscription : 27/06/2008

PERSONNAGE
Âge/Année: 17 Ans, 7 E Année.
Poste ou Métier:
Situation familiale:
MessageSujet: Re: Drug Is My Lover [PV]   Lun 30 Juin - 10:48

Comment aurait on pu nommer ce genre d’acte ? Un viol, un abus ? Cela aurait été sans dire si 0li n’avait pas ressentit de telles choses. Ce n’était pas le dégoût qui tordait son estomac, à ce moment. C’aurait été plutôt une sorte d’excitation, une excitation sale, insalubre, mais tellement jouissive… 0li aurait pu hurler a la suite des actes de l’inconnu, il aurait pu appeler « Au secours » ou, au moins, tenter de se défendre. Non. Cela n’effleura même pas l’esprit du garçon. Il fallait se rendre à l’évidence : Même s’il aurait tenté de se sortir de cette situation, hurler, frapper n’auraient été d’aucune aide ; Que voulez vous faire face à un adulte qui ne veut que votre corps, dans une rue délabrée et silencieuse, déserte ? Rien. Il faut attendre. Attendre la fin. Mais 0li n’en avait pas très envie, en réalité.

Des caresses. 0li adorait ça, et il ne pouvait pas s’en plaindre, à ce moment il en obtenait pleins. Toujours adossé au mur, il « subissait » ce que l’adulte lui infligeait ; Une véritable œuvre d’art qu’il peignait avec sa langue sur son corps, des baisers long, brûlants, même si manquant un peu de vie, sa ceinture se retrouvant au sol dans un bruit métallique, son slim très vite déboutonné… Une main de l’inconnu toujours logée sur son entrejambe, 0li eut la vague impression que cet aliéné n’allait pas laisser cet endroit tranquille très longtemps. Rien qu’a en juger les caresses qu’il faisait du bout des doigts sur son slim, 0li était certain que dans quelques instants, il ne porterait peut être pas de pantalon.


« J’ai assez de fric pour ne pas avoir besoin qu’on m'entretienne. »

La voix d’0li était toujours aussi féminine bien que lourde dans le contexte présent. Une once d’insolence. Il ne cherchait pas la menace ou quoi que ce soit de violent, a quoi cela aurait servi ? L’inconnu n’avait pas l’air de se soucier de sa réponse, dans ce cas, à quoi bon poser une question ? Il avait reprit son petit jeu. 0li rejeta sa tête en arrière, rencontrant assez violemment le mur et leva les yeux au ciel. Les caresses se faisaient de plus en plus insistantes. Il aimait cela. Il soupira d’aise. Toutefois il ne valait mieux pas que l’adulte le remarque, sinon, c’aurait pu en être terminé de la joie de l’adolescent. Le toxicomane pourrait se montrer plus violent, plus méchant ou quoi que ce soit d’autre…

« 0li. »

Oui. Si ce psychopathe voulait hurler un nom après le septième ciel, c’était bien celui là. « 0li ». Patronyme cinglant d’un adolescent complètement dérangé, pas une once de singularité dans ses veines. C’était toujours de l’excentricité.

Le jeune Gryffondor esquissa un sourire plutôt provocateur répondant à celui de l’adulte. Arquant un sourcil, il le repoussa délicatement.


« Attends, je vais te faciliter la tâche. »

0li descendit la braguette de son pantalon, retira ses slips on puis son slim. Voila. Si c’était ce que l’inconnu cherchait, il l’avait. 0li se retrouvait une nouvelle fois en sous vêtements dans un lieu qui n’était ni le dortoir, ni sa salle de bain. Au moins, il n’aurait pas eu besoin de sentir les mains du fou lui retirer lui-même son futal. Il ne savait pourquoi mais il se voyait bien griffé à tout endroits, avec lui. Question de principe.
Revenir en haut Aller en bas
Benjamin L. S. Barker
Directeur D'Azkaban
avatar

Masculin Nombre de messages : 282
Age : 36
Date d'inscription : 22/09/2007

PERSONNAGE
Âge/Année: 27 ans
Poste ou Métier: Directeur d'Azkaban
Situation familiale: En couple (non marié)
MessageSujet: Re: Drug Is My Lover [PV]   Lun 30 Juin - 15:05

Qui pourrait donc être assez fou pour s’aventurer ainsi dans la pénombre du soir ? Quelque soit cet individu, il tomberait certainement sur un couple de gays en manque. Sachant quand même que les deux concernés possèdent un taux d’alcool dans le sang assez supérieur à la moyenne, qu’ils ont inhaler quelques temps auparavant des substances pas très recommandées et que, à présent, ils ressentent tout deux le besoin de combler leurs désirs ardents. Enfin bref, trêve de bavardage, revenons-en plutôt audit couple. Le plus grand des deux se retrouvait accroupit, à embrasser la peau pâle et douce de son docile partenaire. Remontant de temps en temps pour venir s’occuper de sa nuque, sa gorge, ses lèvres, sa langue. Il jouait, tout en profitant un maximum. Ne manquant pas de continuer avec ardeur les quelques caresses qu’il lui adressait. Un mince sourire en coin fit son apparition lorsque le dénommé Oli le repoussa doucement. Un strip-tease aurait était des plus charmant, mais non, juste son pantalon qu’il enlève. Une action brève, mais qui n’empêche pas à l’aîné de se pincer la lèvre inférieure. Envie. Si le Péché du garçon était comblé dans les bras de Rachel, dès lors qu’il n’était plus en sa présence, sa vengeance, son désir reprenait le dessus. Contrôlant ses gestes, ses pensées. Le faisant oublier sa morale pour le faire se livrer à des actes regrettables, plaisants certes, mais qui risquent d’avoir quelques conséquences.


Il brûlait. Aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur. Ne tenant plus face à un tel corps s’offrant à lui, Benjamin s’avança, lentement, vers sa victime. Posant une main sur son cou, ses lèvres sur les siennes pour reprendre le sublime échange de leurs langues. Ses doigts glissaient le long de son torse, son bas-ventre pour terminer leur course à l’entrer du boxer de son complice. Mais il ne descendit pas plus bas… ou en tout cas, pas pour le moment. Sa langue quitta la bouche tentante de son ami pour reprendre son exploration sur sa joue, sa gorge, son épaule. Des gestes infiniment lents et gracieux. Légèrement haletant, Landon ne manqua pas de faire ressentir à son camarade l’effet qu’il lui faisait, appuyant son propre entrejambe recouvert contre le bas ventre de l’autre. C’était tellement délicieux, tellement tentant, il ne pouvait plus résister. Peu lui importait les conséquences de ses actes pervers et vulgaires, il s’en foutait. Favorisant le plaisir à la prise de conscience.


« Au fait, t’es pas sensé avoir mal aux jambes toi ? »


Et sur ses dires, il laissa ses deux mains longer chacune de ses cuisses nues, remontant lentement jusqu’au point sensible des hommes. Et il y plongea la main. S’emparant cette fois de l’intimité nue de son compagnon pour ne pas oublier d’en profiter également, ainsi que de faire profiter. Un sourire malicieux, et il maintint le menton du garçon de son autre main avant de reprendre une nouvelle fois possession de sa bouche ardente ainsi que de tout se qui se trouvait à l’intérieur. Loin d’être de l’amour, c’est du plaisir, simple et doux. Impur et illégal, mais c’en était. Mais notre jeune blondinet ne s’attarda pas plus longtemps sur les parties sensible du brun, préférant faire languir un minimum son prisonnier. De la cruauté ? Certainement que oui. Après tout, Benjamin restait un directeur de prison, tueur en série hein…



« N'empêche, t'es vraiment excellent quand tu t'y mets. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Drug Is My Lover [PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Drug Is My Lover [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Goodbye my lover ~ Goodbye my friend /Dawn/
» Les RP de Maxime, le "lover"
» Je blablate, tu blablates, il blablate ... (86eme edition)
» Sochanna, 26 ans
» I knew the pathway like the back of my hand . Le 24/12 à 14h

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard Magie :: HORS RPG :: 
    « Archives
 :: 2006 -> Mai 2013
-
Sauter vers: